Depuis quelques semaines, de nombreux posts ont fait polémique en montrant un dépistage d’anticorps négatif qui aurait été fait après deux doses du vaccin Pfizer. Les personnes partageant cette information suggèrent que la vaccination ne créerait pas d’anticorps contre le coronavirus, et qu’elle ne serait donc pas utile. AFP Factuel tente dans un récent article d’expliquer comment ces résultats sont possibles, et pourquoi il est inutile de spéculer.

Premièrement, le test de dépistage utilisé sur cette capture d’écran sert à détecter la présence d’anticorps contre la protéine N du virus. En réalité, ce type de dépistage n’est pertinent que si l’on veut rechercher les traces d’une infection naturelle préexistante au coronavirus Sars-Cov-2, et il n’est donc pas pertinent en matière de vaccin. L’article explique que le dépistage en question ne prouve pas une absence d’anticorps après vaccination. “Un test ne détecte pas tous les anticorps existants contre le virus, mais uniquement un anticorps dirigé contre une “protéine virale” spécifique, c’est-à-dire contre une partie du virus lui-même“, comme l’expliquent les chercheurs interrogés par l’AFP. “Or si notre organisme fabrique toutes sortes d’anticorps lors d’une infection naturelle, les vaccins utilisés actuellement en France conduisent à la création d’un anticorps bien spécifique.” Enfin, les anticorps n’apparaissent dans l’organisme qu’après un certain temps, comme l’explique Etienne Simon-Lorièresuite à une infection, au bout de deux semaines en moyenne, disons entre 10 et 14 jours, on peut détecter des anticorps“.

En somme le dépistage partagé dans tous ces posts viraux n’indique en rien si le vaccin a été efficace ou non.

Lisez l’article intégral ici.