Une récente étude menée par le German Marshall Fund of the United States annonce de bonnes nouvelles pour cette année 2021. En effet, d’après les analystes de cette initiative nommée Digital New Deal, le premier trimestre de cette année a été caractérisé par une baisse de 60 % des partages de contenus de désinformation par des comptes vérifiés sur Twitter, ainsi qu’une baisse de 15% dans les interactions avec des publications relayant de fausses informations sur Facebook. Au contraire, le nombre d’interactions avec des publications de médias fiables a augmenté, ce qui permet de voir que l’on tend à un meilleur filtrage des informations sur les réseaux sociaux, bien qu’il reste encore un long chemin à parcourir.

“Cette recherche du projet Digital New Deal analyse deux types de sites mensongers : ceux qui échouent au test du service d’évaluation des médias NewsGuard en publiant de façon répétée du contenu dont la fausseté est prouvée (Producteurs de faux contenu) ; et ceux qui échouent au test de NewsGuard en recueillant et en présentant l’information de façon consciente (Manipulateurs de l’information). Pour Facebook, le projet Digital New Deal mesure les interactions (likes, commentaires et partages) sur les publications qui incluent des liens vers des sites de fake news. Pour Twitter, nous analysons les partages (tweets et retweets) par des comptes vérifiés (c’est-à-dire avec des coches bleues) de liens vers des sites de fake news.”, comme l’explique l’étude.

En réalité, un des facteurs importants qui pourrait expliquer cette baisse de partage de fake news est la suppression des comptes de réseaux sociaux de Donald Trump en janvier dernier. En effet, une semaine après la suspension de ses comptes, on avait constaté une baisse de 73 % des fake news électorales postées sur les plateformes, ainsi qu’une diminution des conversations sur la fraude électorale, passant de 2,5 millions à 688 000 mentions – selon un rapport de Zignal Labs. Avec u peu de chance, si les diverses plateformes continuent de mettre en place des mesures anti-désinformations, on continuera sur cette même lancée durant le reste de l’année 2021.

Lisez l’étude complète ici.